Nuit debout : une histoire à coucher dehors...

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Publié le 8 octobre 2018 :

Ainsi, cette semaine, ils recommencent leurs simagrées devant les abattoirs, pour se recueillir « dans des lieux ou des êtres perdent la vie », comme ils disent.

Devant un sandwich au jambon, ils se comportent comme s’ils veillaient un proche au funérarium. Ces nouveaux croisés ont la prétention insensée de dicter leur loi, faite d’extrémisme et de délires. Tout cela, parce qu’un beau matin, ils se sont réveillés en décrétant qu’ils refusaient la moindre hiérarchie entre les espèces.

Ils continuent leur travail de sape de tout un pan de l’économie, terrorisant les bouchers, errant dans les rues avec des cadavres de porcelets dans les bras, diffusant leurs slogans ou se mêlent intégrisme, amalgame et désinformation. Ils recrutent sur les bancs des lycées, enrôlant les plus influençables à grand coup de sentimentalisme gnangnan et d’images volées, détournées et sorties de leur contexte.

Ils recherchent en permanence la confrontation, l’incident, l’image choc, en un mot, ils veulent faire le buzz, comme on dit maintenant.

Fiers et déterminés, nous ne serons jamais à la botte de ces antispécistes, nous porterons, envers et contre eux la fierté de la richesse    et de la diversité de notre agriculture, tout en espérant qu’ils ne se préoccupent pas, d’ici un an ou deux, de la souffrance et de la conscience des carottes…

 

Luc WERY

Secrétaire général de la FDSEA des Ardennes

l'élevage Porcin: parlons-en !!

Nos batiments d'élevage

Toutes les émissions dans la médiathèque