interview du nouveau président FDSEA

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

publié le 26 mars 2014 :

 

Thierry Huet : « une Fédé sans racines n’a pas de valeur »

 

Agri Ardennes - Vous venez de prendre les rênes de la FDSEA des Ardennes. Comment jugez-vous le contexte dans lequel s’est déroulée votre prise de fonction ?

Thierry Huet - Sur le plan strictement agricole, la conjoncture est difficile pour beaucoup d’exploitations, particulièrement dans les productions animales. La réforme de la PAC, les dossiers environnementaux, les négociations difficiles sur le prix du lait sont autant d’indicateurs pas très favorables et qui alimentent une certaine lassitude et de l’inquiétude dans les campagnes. Pour autant, je reste optimiste. L’environnement de notre syndicat a beaucoup évolué ces derniers mois. Une nouvelle équipe vient d’arriver à la tête de la FDSEA, mais pas seulement. Autour de nous, cela bouge aussi beaucoup. Il y a un peu plus d’un an, les élections à la Chambre d’agriculture ont porté une nouvelle équipe rajeunie à la direction de la Chambre consulaire. Les Jeunes Agriculteurs ont aussi changé de Conseil d’administration et de Bureau il y a quelques jours et ils viennent

d’élire un nouveau président. Au niveau régional également, les choses évoluent rapidement. La FRSEA de Champagne- Ardenne vient d’être totalement renouvelée et a engagé une réflexion pour mieux répondre aux défis de la régionalisation. Au Bureau de la FDSEA, la moitié des élus a changé et tous manifestent une forte motivation pour faire évoluer notre syndicalisme. C’est pour cela que je suis optimiste, l’émergence de tous ces nouveaux responsables et l’arrivée de nouvelles équipes plus jeunes dans nos organisations professionnelles vont créer une dynamique dont profitera l’agriculture du département.

 

A.A. – Sur quel levier allez-vous vous appuyer pour créer cette dynamique ?

T.H. - Il faut susciter le besoin de se fédérer autour de valeurs communes. Qu’est ce qui nous rassemble ? Que veut-on faire ensemble ? C’est la première question qu’on doit se poser. Mais pour définir la Fédé de demain, il faut déjà savoir ce qu’est la Fédé d’aujourd’hui et ce qu’elle fait. La nouvelle équipe que j’anime a l’ambition de voir loin, mais elle doit aussi se poser la question de ce qu’on est. D’où le besoin de faire un bilan sur le fonctionnement de la FDSEA, tant au niveau de son organisation professionnelle qu’au niveau de sa structure administrative. C’est la première étape de la réflexion que j’ai proposée à la nouvelle équipe : faire un bilan de situation. Ensuite, nous aurons à réfléchir à nos valeurs communes, à repenser nos missions en fonction des attentes de nos adhérents et à mettre en place des actions concrètes. On veut voir loin, mais en même temps être pragmatique et avancer au quotidien.

 

A.A. – Comment se porte le réseau syndical ?

T.H. - Le principal enjeu pour la Fédération, c’est le terrain. Une fédération sans base n’a pas de valeurs ; mais des agriculteurs sans moyens ne peuvent rien faire. La FDSEA a besoin de sa base et les adhérents ont besoin de leur Fédé. Dans les prochains mois, nous aurons besoin de retourner sur le terrain pour écouter les agriculteurs et pour comprendre ce qu’ils attendent de leur syndicat. Le syndicalisme doit montrer qu’il est aux côtés des agriculteurs, il doit leur apporter des solutions politiques et techniques pour résoudre leurs problèmes. C’est la raison pour laquelle je souhaite renforcer le réseau syndical avec des responsables de terrains motivés et reconnus. Notre réseau de terrain est encore fort, mais il faut veiller à maintenir son dynamisme, voire à le développer. Je pense qu’il faut redéfinir un projet pour l’agriculture ardennaise autour de l’idée « produire avec des hommes dans un environnement maîtrisé. » J’ai confiance dans la capacité de la nouvelle équipe qui m’entoure à écrire et à faire vivre ce projet. Je suis convaincu que si nous avons un projet positif et cohérent pour les agriculteurs, ceux-ci continueront à soutenir la FDSEA.

l'élevage Porcin: parlons-en !!

Nos batiments d'élevage

Toutes les émissions dans la médiathèque