Réunion d'information PAC inter OPA

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

publié le 3 octobre 2014 :

PAC 2015 – 2019 : Les OPA Ardennaises vous informent

La nouvelle réforme de la politique agricole commune est un moment important pour les exploitations agricoles. Au moment des derniers arbitrages, les agriculteurs doivent, dans un délai contraint, s’approprier les orientations et les différentes règles de cette énième réforme pour en maitriser les impacts et adapter leurs stratégies d’entreprise.

Près de 200 agriculteurs ont répondu présent lors des quatre réunions d’informations organisées par la profession. Beaucoup d’interrogations quant aux moyens de palier à la baisse effective de la moyenne des futurs DPB dans notre département.
D’autant plus que les transferts de DPB d’ici le 15 mai 2015 seront complexes. Car il existe une période de vide juridique de janvier à la date de création des DPB. Pour être attributaire des DPB, il faudra posséder un « ticket d’entrée », mais également bénéficier d’une référence pour le calcul de la valeur initiale. Pour ce « ticket d’entrée », il faudra être agriculteur actif en 2015 ou avoir une référence en 2013 ou avoir bénéficié d’une dotation réserve en 2014. Il pourra également s’obtenir en signant des clauses entre exploitants, mais uniquement lors d’un accompagnement lors d’un transfert de terres. Pour les montages complexes, il est conseillé d’attendre, si possible, le 16 mai 2015.

Afin de palier à cette baisse de revenu annoncée, l’optimisation des aides couplées  telles que celle pour les vaches allaitantes, l’aide à la vache laitière ou pour les protéines végétales, est une solution à ne pas négliger. Tout comme la contractualisation des MAE Système qui permettra à certains agriculteurs de palier en partie à la perte de la PHAE. Cependant, les critères sont nombreux afin d’accéder à ces aides du second pilier, et les enveloppes allouées encore incertaines.

L’ensemble des différents systèmes d’exploitation Ardennais expertisés, montrent une baisse globale  de leur revenu. Mais on peut remarquer qu’entre le quart inférieur et le quart supérieur cela va du simple au double. Les exploitations étant dans le quart inférieur d’un même type  de système d’exploitation ont encore une marge de progrès possible selon chaque situation personnelle : maitrise des charges, optimisation des moyens de production, diversification…
 
Lors de ces réunions, la FDSEA a dénoncé l’imposture de cette réforme de la PAC : «  c’est une réduction du budget agricole qui est actée ! La réforme de la PAC n’organise pas un basculement des aides des céréaliers vers les éleveurs ; elle entérine une baisse généralisée des aides et leur basculement du nord au sud de la France … cette réforme est profondément inéquitable sur le plan social, car elle ne traite pas de la même manière la main-d’œuvre selon le type de sociétés et selon le statut des personnes. Nous avons dénoncé la transparence limitée aux seuls GAEC ; nous avons dénoncé la pénalisation des conjointes ; nous avons dénoncé l’absence de prise en compte de la main-d’œuvre salariée. Alors qu’on nous parle de choc de simplification et de redressement productif, cette réforme complique encore le calcul des aides. Avec le verdissement, elle entrave la rentabilité de nos exploitations en imposant des contraintes totalement irréalistes et parfaitement inefficaces. »

L.DENIS

l'élevage Porcin: parlons-en !!

Nos batiments d'élevage

Toutes les émissions dans la médiathèque