Partage de valeur ajoutée et communication au centre des débats

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Publié le 08 juin 2016 :

Le ton était solennel, à Saint-Pierre-sur-Vence le 25 mai dernier lors de la réunion des agriculteurs du canton organisée par Jean-François Baelden, président du syndicat cantonal de Flize. Les sujets d’inquiétude évoqués étaient nombreux. Une délégation du bureau de la FDSEA composée de Catherine Charlier, Thierry Huet, Patrick Jacquemart et Eric Labbé avait tenu à être présente pour être à l’écoute des difficultés exprimées par la trentaine d’agriculteurs présents. Les organisateurs avaient également souhaité convié Francis Closquinet, au titre de la Coordination rurale des Ardennes, pour dépasser les clivages syndicaux.

La partage de la valeur ajoutée dans la filière lait a souvent fait réagir : « on observe une baisse du prix du lait de 100 €/1.000 l depuis un an mais sans observer de baisse significative dans les étals des GMS» et d’autres de se poser la question « Qui garde la valeur ajoutée? Le transformateur ou la GMS ? ».

Chacun a pu s’exprimer sur les pistes à explorer pour gagner cette bataille de la valeur ajoutée : stratégie de niche, transformation et vente en circuit cours.

Sur ce sujet, les membres du bureau de la FDSEA présents ont invité toutes les productions à se mobiliser pour participer activement aux assemblées organisées par l’aval.

Les dernières campagnes de communication de L214 ont fait réagir, certains participants se demandant comment la profession pouvait, sur le plan médiatique être plus offensive.

Face à l’effondrement des cours observé dans beaucoup de filières et « à des gouvernements qui lâchent les agriculteurs » la salle s’est également interrogée sur la stratégie de communication à adopter « Faut-il tout bloquer pour se faire entendre ? Faut-il plutôt mener des opérations coup de poing ?».

Thierry Huet, attentif à toutes les propositions, a rappelé les trois conditions de réussite d’une bonne action : porter le bon message, choisir le bon moment et utiliser les moyens adaptés à la situation.

F.P.

 

Conséquences des inondations de printemps

Drôle de récolte

Toutes les émissions dans la médiathèque