La FDSEA reçue par le Président du Conseil Général et par le Préfet

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Publié le 30 avril 2014 :

Coup sur coup, la FDSEA a été reçue par Benoît Huré, Sénateur et Président du conseil Général, et par le Préfet Perissat. La première rencontre s’est déroulée en compagnie des Jeunes Agriculteurs, le 18 avril. Le second rendez-vous, de plus de 2 heures, s’est tenu dans le Bureau du Préfet, quelques jours plus tard le 24 avril. Dans les deux cas, la motivation première était de « faire connaissance » après le renouvellement du Bureau de la FDSEA et l’élection de Thierry Huet à la Présidence de la première organisation syndicale agricole du département. Mais pas seulement. Les échanges ont également porté sur quelques sujets sensibles du moment.

 

Un conseil général volontariste

« Au Conseil général des Ardennes, on est volontariste pour accompagner l’Agriculture. On consacre chaque année 1 million d’euros à ce secteur d’activités. C’est historique. » explique Benoît Huré. Il est vrai que peu de Conseils généraux en France attachent autant d’importance à l’agriculture, un secteur d’activités qui n’entre pas dans leur champ de compétences obligatoires. «Le Conseil général consacre un budget assez conséquent pour le monde rural pour lui permettre d’avoir accès aux mêmes services qu’en milieu urbain, enchaîne le patron de l’exécutif départemental. Mais, j’ai besoin de savoir si on met l’argent au bon endroit. On peut ajuster les financements en cours d’année pour être réactif. »

La FDSEA et le Président du Conseil général partagent la même analyse sur la réforme territoriale : elle affaiblit le monde rural. « Les choix qui ont été faits récemment vers la métropolisation favorisent les centres urbains, notre travail est de rééquilibrer les choses » justifie Benoît Huré.

Alertée par la FDSEA sur la police environnementale, Benoît Huré réplique : «La politique environnementale est ubuesque. L’agriculteur a plus peur d’être contrôlé que de la grêle ou de des épidémies ! » Parmi les autres dossiers évoqués, l’inévitable chantier de l’A 304. « Ca travaille, mais de façon plus coûteuse et on courbe le dos devant les nouvelles prescriptions environnementales » note l’Elu ; mais aussi la tuberculose bovine qui commence à toucher des élevages laitiers et laisse craindre des difficultés pour la collecte laitière.

Pour finir, le Président de la FDSEA a voulu aborder le financement des mandats professionnels pour les jeunes Agriculteurs dans le cadre du service de remplacement. « On peut bouger les lignes », assure le président du Conseil général. La balle est dans le camp de la profession. La FDSEA va se pencher sur la question d’un élargissement possible du public visé et des motifs de remplacement.

Une première rencontre qui en appelle certainement d’autres, mais qui a déjà permis de répondre à une question posée par Thierry Huet : qu’attend le Conseil général de nous ? « Nous dire comment utiliser intelligemment l’enveloppe agricole », répond Benoît Huré.

 

Travailler à trouver des solutions

Autre contexte pour l’audience accordée par le Préfet Frédéric Perissat, en poste dans les Ardennes depuis le début de l’année ! «Je souhaite qu’on se dise les choses et qu’on travaille à trouver des solutions » précise d’entrée de jeu le Préfet en accueillant ses invités. Ce à quoi le Président Huet répond en présentant la nouvelle équipe de la FDSEA.  « Au-delà de la délégation devant vous, nous formons une équipe de gens qui ont des compétences, du caractère, des passions. Nous sommes la courroie de transmission des agriculteurs. On n’est pas là pour nous représenter nous-mêmes, mais pour représenter les agriculteurs ! »

Tour à tour, les membres de la délégation ont présenté les dossiers d’actualité. La tuberculose bovine, dont le point de situation est décrit par Cécile Malvaux. La directive nitrates et le problème des pentes, commentés par Catherine Charlier, qui fait part des interrogations des agriculteurs sur la manière de procéder de l’administration. Le lait et l’objectif affiché par Éric Labbé que le département garde au moins son niveau de production actuel. Les dégâts de gibier dans le Sedanais dénoncés par Jean-Yves Jonet. La A 304, et les compensations écologiques, abordées par Jérôme Cousin. Celui-ci en profite aussi pour alerter sur les effets collatéraux du projet comme la circulation des convois agricoles empruntant l’axe Rethel, Le Piquet, Rocroi qui pourrait se trouver à terme perturbé par défaut d’entretien de l’actuel N51. Thierry Huet enfonce le clou : « Pour être constructif, il faut des forces équitables. Or, la voix de l’agriculture n’est portée que par la chambre d’Agriculture face aux associations environnementalistes et à l’administration.  Le Préfet a assuré que les résultats de la mise à l’enquête publique seront présentés devant le Comité de Pilotage auquel est associée la FDSEA.

Et comme il se doit, le Président Huet a invité le Préfet à se rendre sur une exploitation agricole. Rendez-vous a été pris, probablement en juin.

P. CLAUSSE

 

l'élevage Porcin: parlons-en !!

Nos batiments d'élevage

Toutes les émissions dans la médiathèque