S’impliquer pour ne pas subir

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Publié le 02 février 2018 :

En l’absence du président du syndicat cantonal, Michel Hot, malheureusement retenu pour des raisons personnelles, et du président de la FDSEA souffrant, l’ambiance de cette deuxième assemblée générale de canton aurait pu tomber dans la morosité. C’était sans compter sur le secrétaire général de la FDSEA, Luc Wery, local de l’étape, remplaçant au pied levé ces deux responsables avec le pragmatisme et la bonne humeur qu’on lui connait.

Ses deux qualités, lui ont été indispensables car en début de séance, il était en charge de présenter les perspectives budgétaires de la fédé. « Après des choix drastiques et difficiles, on revient à un niveau pour 2018 qualifié de satisfaisant. » Comme le rappelle Luc Wery, la FDSEA avait jusqu’alors la culture du service rendu à l’adhérent mais pas nécessairement celle du service payant. «Seul la réduction des moyens et le développement de la facturation des services permettront d’entrevoir à terme, un redressement de la situation, affirme-t-il.  Nous avons décidé d’en parler lors de ces rencontres d’hivers, car nous nous devons d’être transparent vis-à-vis des cantons, d’autant plus que certains d’entre eux ont spontanément prêté voire donné une partie de leur réserve pour redresser la FDSEA». 

 

La FDSEA toujours au travail pour défendre le métier et le territoire

Afin de gagner des adhérents, nous devons également conquérir de nouveaux avantages exclusifs aux cotisants. C’est pourquoi, nous avons développé les achats groupés de carburant qui à eux seuls permettent de rentabiliser la cotisation. De juin à décembre, plus de 2 millions de litre ont ainsi pu être livrés, à des prix défiant toutes concurrences. Près de 270 adhérents FDSEA, mais aussi JA et anciens ont pu bénéficier de cette offre.  « En effet, il est important que la FDSEA nous soutienne dans cette démarche de réduction des coûts, car depuis quelques années, tout a doublé, sauf les payes ».

La semaine passée, nous étions dans cette même salle à Novion pour analyser la cartographie des cours d’eau de la Vallée de la Vaux, à ce jour il existe encore des cartes sans expertise. « Les présidents de cantons et les délégués concernés seront relancés sur ce sujet dans les prochains jours, car cette question est majeure », souligne le secrétaire général de la FDSEA, nous devons être maître de notre territoire, les enjeux sont trop importants pour se permettre de pratiquer la politique de la chaise vide. Ces cartes pourront être amenées à devenir des références pour les autres réglementations (BCAE...).

Il est donc primordial de les expertiser avec le plus grand sérieux, et la plus grande complétude.

Surtout qu’il ne s’agit là que d’une première étape et que la deuxième consiste en une investigation sur le terrain sur les tronçons qui seront indéterminés. «La FDSEA et les maires des communes concernées seront prévenus 2-3 jours à l’avance. Soyez vigilant et volontaire afin d’accompagner les agents de la DDT pour défendre le point de vue de la profession agricole », martèle Luc Wery.

« Nos territoires sont aussi le théâtre de drôles de manège », s’inquiète un adhérent présent.  La SAFER arpente nos communes afin de remettre à jour les PLU, sans que les délégués communaux soient mis au courant. J’ai découvert que l’une des parcelles qui est à quelques mètre de mes bâtiments devenait constructible…heureusement que je suis le propriétaire ! » Un exploitant, membre du conseil municipal de rectifier : « une quarantaine de convocations sont parties, seulement deux personnes sont venues aux réunions. »

LAETITIA DENIS

l'élevage Porcin: parlons-en !!

Nos batiments d'élevage

Toutes les émissions dans la médiathèque