Espoir et Solidarité pour s’en sortir tous ensemble

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Publié le 3 mars 2016 :

« L’année dernière à cette assemblée, j’annonçais une bonne année 2015, force est de constater que je me suis trompé… Alors j’annonce aujourd’hui que l’année prochaine sera mauvaise, en espérant que je me trompe encore. »  C’est sur cette pointe d’ironie que le Président du syndicat cantonal de Givet, Sylvain Noël, débuta son Assemblée générale. La morosité ambiante n’a pas de mise dans ce canton frontalier pourtant également touché par la crise. C’est pourquoi, Ils se sont déplacés jusque Charleville samedi dernier pour montrer leur solidarité avec leurs collègues lors de la marche blanche. « C’est bon pour le moral de voir toute cette masse solidaire. On a assisté à une marche sociétale plutôt que revendicative, on a touché un nouveau public et nous avons eu un bon retour média » se félicite Sylvain Noël.

Dans ce canton où la production laitière tient une forte place, les questionnements étaient nombreux quant à l’avenir de la filière laitière. Patrick Jacquemart, Président de l’arrondissement de Mézières et producteur laitier était présent à cette assemblée pour apporter quelques réponses.

Depuis la fin des quotas, on s’aperçoit que les pays du nord de l’Europe ont ouvert les vannes, notamment l’Irlande avec une augmentation entre 2014 et 2015 de près de 15 %. Alors que dans l’hexagone on enregistre une timide poussée à 1 %.  « Oui, mais s’ils augmentent encore leur production, ils vont devoir acheter des concentrés », relativise un exploitant. « Ils vont arriver à une limite à un moment donné, même s’ils ont une très bonne qualité fourragère, ils ne vont pas pouvoir augmenter leur cheptel de manière exponentielle, ils sont sur une île, ils ne mettront pas leurs vaches offshore. Ils en sont quand même arrivés à ne même plus tarir leurs vaches », précise Patrick Jacquemart. L’Irlande compte sur son agriculture pour remonter la pente économiquement. Ils exportent 85 % de leur production.

« En France peut-on espérer une augmentation du prix du lait au producteur ? », demande un éleveur. Il a été promis 10 € de plus aux mille litres pour le mois prochain, mais on ne sait pas sur quelle base de prix de départ, s’inquiète le Président d’arrondissement.

Les exploitants du canton de Givet sont de plus en plus confrontés à l’artificialisation des terres agricoles et aux velléités de certaines communes de vouloir agrandir les Plans Locaux d’urbanisme. « Depuis que mon père possède notre exploitation, cela fait déjà deux fois que l’on déménage en dehors de la ville. Aujourd’hui ils veulent construire une gendarmerie juste derrière mes bâtiments. Quand est-ce que cela s’arrêtera ? On doit demander la réciprocité du respect des distances de construction. »

Après un point technique sur les SNA et comment les aborder, Catherine Charlier, vice-Présidente de la FDSEA a donné son ressenti sur cette nouvelle aberration : « Le temps que l’on perd à cette paperasse au lieu de trouver des moyens d’être compétitif est rageant. D’autant plus que cette expertise à coûté énormément d’argent, de l’argent qui vient du portefeuille du ministère de l’agriculture et qui aurait pu être beaucoup mieux employé.»

L.DENIS

l'élevage Porcin: parlons-en !!

Nos batiments d'élevage

Toutes les émissions dans la médiathèque