Syndicats de Cantons de Chateau Porcien et Asfeld

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Publié le 17 décembre 2012

« Crises financières : quelles leçons en tirer »

La crise est sur le devant de la scène,  quels peuvent être les enseignements au niveau de l’Europe et au niveau National, et quelle  influence sur l’évolution du marché agricole ? Thierry Dardart, responsable Markéting Stratégique au Crédit agricole Nord Est , a apporté quelques éléments de réponse lors de l’Assemblée générale des syndicats cantonaux d’Asfeld et Château Porcien.

Depuis 2007, les crises se suivent. La crise financière des Subprimes en a été le déclencheur. Puis en 2010 a suivit la crise de la dette souveraine avec une mise en avant de la crise grecque qui a entrainé une politique de rigueur dans certains pays du sud de l’Europe. Cette crise de la dette souveraine n’est pas finie, elle fait peser un risque systématique sur l’Europe. Elle nécessite de réduire en urgence les déséquilibres structurels (dettes, balances commerciales). Mais cette crise est aussi une crise de confiance, en grec ancien, le mot « crise » signifie « la faculté de choisir entre deux options possibles, agir ou ne rien faire ». Cette crise de confiance a induit des réformes aux niveau des institutions et des mécanismes de régulation, et engendrer  une anticipation par les agences de notation. La dette publique américaine est 2 fois celle de l’Europe, 1.5 fois celle du Japon, et 10 fois celle de la Chine. 30% de la dette US est détenue par la Chine, et 50% par le Japon. Le dollar US est de plus en plus dépendant des liquidités asiatiques. Les pays émergents ont une place de plus en plus importante au sein des 20 pays les plus riches au monde. Ainsi, la Chine talonne les Etats-Unis , le Brésil est arrivé au sixième rang mondial juste derrière la France.

En 2013, on a des moyens pour défendre nos filières et nos territoires. Il faut valoriser nos produits, et nos compétences. « La France à été longtemps le plus gros producteur de lait, de porc et de produits transformés. L’Allemagne est en train de nous damner le pion » précise Philippe Baudet, président du canton de Château Porcien.

« Quelle est la prochaine étape ? l’Euro va t-il dévaluer ? » demande un exploitant. Il peut y avoir un retour progressif au 3% de déficit annuel rassure Thierry Dardart. Ceci grâce aux politiques d’austérité et à la croissance des recettes fiscales. La priorité c’est le déficit budgétaire.

« Ne faut-il pas créer deux monnaies, un euro faible et un euro fort ? » s’interroge un agriculteur .On se doit d’avoir une homogénéité de monnaie, car les pays qui auraient la monnaie forte n’auraient aucun intérêt à aider les pays moins favorisés.

Au niveau de l’économie agricole,  on rencontre un problème de communication et d’éducation de la population. On observe une perte de repères sur le savoir consommer. Le consommateur doit comprendre que la qualité à un prix, le goût à un prix. Il faut un retour aux sources, et à la raison. Pour cela, pourquoi ne pas jouer sur la régionalisation des produits. Mais il faudra aussi en passer par un équilibre des filières, ceci appelle à une vraie réflexion.

La simplification n’est pas pour demain.

Eric Bouchez, président du syndicat cantonal d’Asfeld, met en avant le ras de bol des exploitants, au niveau de la complication volontaire de l’administration. En effet, il sera désormais interdit pour un exploitant étant sous forme sociétaire (GAEC, SCEA, EARL…) de faire de la prestation de service. il devra changer de statut et créer une ETA afin de pouvoir continuer son activité. Il existait jusque maintenant une tolérance législative, qui s’est terminée cette année.

Philippe Baudet, précise que la FNSEA s’est emparée du dossier et qu’elle est intervenue auprès des services de l’état. On attend le résultat du bras de fer.

L. DENIS

Conséquences des inondations de printemps

Drôle de récolte

Toutes les émissions dans la médiathèque