Syndicat cantonal de Monthois

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

l'actualité était dense sur le canton de Monthois

Publié le 27 novembre 

Sur le canton de Monthois, on cumule les contraintes environnementales.

Xavier Soudant, Président du syndicat cantonal de Monthois, l’avait annoncé d’emblée, l’actualité allait être riche lors de l’Assemblée Générale de vendredi dernier.

Tout d’abord le nouveau zonage de la zone vulnérable. Trois communes font encore partie des vingt qui ont été reprises des propositions d’extension proposées par l’agence de bassin Seine-Normandie. Soit, la Croix-au-Bois, Vaux les Mouron, et Montcheutin.

Thierry Huet, insiste sur le fait qu’il faut aller dans le sens de la non extension et même aller jusqu'à une réduction de ces zones actuellement mises en Zone vulnérable. Car l’ajout des différentes communes n’est pas lié aux pollutions des eaux souterraines et superficielles ; par exemple, à Mouron,  L’Aisne a une teneur moyenne entre 2012 et 2011 de 13.95 mg/L soit bien en dessous du taux maximal de 50mg/L autorisé.

« Dans cette nouvelle directive, il vont pousser l’incohérence jusqu'à interdire l’épandage organique sur des pentes de plus de 7% », s’étonne Thierry Huet.

Dans le canton, nous sommes aussi concernés par Natura 2000, sur Autry et Mouron. « Si nous ne voulons pas que les contraintes s’accumulent sur un même territoire, il faut que les agriculteurs soient présent lors de réunions », martèle Xavier Soudant. « A-t on le droit de drainer des parcelles en Natura 2000 ? » s’interroge un exploitant. Thierry Huet précise qu’il faut faire une étude d’impact avant tous travaux dépassant un hectare.  «  On n’est plus libre de conduire nos exploitations, le réglementaire vient s’immiscer dans nos itinéraires techniques et dans nos décisions quotidiennes »  s’étonne un exploitant.

Barrage de Savigny-sur-Aisne : dans les cartons, mais pas abandonné

« Et le barrage de Savigny , il est toujours d’actualité ? » s’inquiète l’assemblée.

Thierry Deglaire, Conseiller Général du canton informe l’assemblée que l’entente Oise Aisne n’a pas abandonné l’idée, le barrage de Savigny est toujours dans les cartons et peut ressurgir à tout moment. On doit prendre le problème en amont et réfléchir à des solutions annexes . Tel que l’hydraulique douce, complète Thierry Huet. Mais de quoi s’agit-il ? L’objectif des aménagements d’hydraulique douce est de contenir le ruissellement à l’échelle de la parcelle agricole et de limiter le transfert de limons, par le biais de dispositifs techniquement simples. Comme des zones enherbées, des haies anti-érosives, des fossés et talus…Sur le terrain, ce sont des aménagements simples et peu coûteux, mais qui sont toujours à la charge de l’exploitant.

Usine de Challerange, un agrandissement attendu

La possibilité d’agrandissement de l’usine de Challerange est un projet d’encapsulage afin de pérenniser le site. Ce projet est remis en cause car il se situe sur un site Natura 2000. L’Etat serait-il prêt à sacrifier des centaines d’emplois directs ou indirects au nom du principe de précaution. Des pistes de compensations écologiques sont peut être à réfléchir pour débloquer le projet.

Le secteur laitier est très actif dans le canton. La coopérative laitière de Monthois s’est rapprochée de l’ULM. Cela paraissait logique explique Thierry Hallaert, Président de la coopérative laitière de Monthois. On utilisait déjà les outils de l’ULM pour faire les payes de lait. Des années de travail en commun nous ont prouvé leurs compétences.  Une réunion du conseil d’administration statuera sur la validation de ce rapprochement la semaine prochaine.

L. DENIS

Conséquences des inondations de printemps

Drôle de récolte

Toutes les émissions dans la médiathèque