Syndicat cantonal de Raucourt et Sedan Sud

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Publié le 23 novembre

Pas de PAC sans Budget

Les éleveurs des cantons de Sedan Sud et de Raucourt étaient inquiets quant à leur avenir ce mercredi, lors de l’Assemblée Générale de leur syndicat cantonal.

Christian Deglaire, président du syndicat cantonal de Sedan Sud, explique à l’assemblée que le nouveau rapport Chalmin prouve le difficile combat entre les grandes surfaces et les exploitants. Ainsi, il est observé que pour 100€ de dépenses alimentaires, le revenu brut qui revient à l’agriculture est de 5.4€, alors que les marges brutes moyennes dégagées par la distribution varient de 25 à 30 €.

« il est inadmissible que l’agriculteur soit la variable d’ajustement, afin de permettre à ces grands groupes de se faire de l’argent sur le dos des exploitants » s’indigne Philippe Baudet.

Le Budget de la PAC : le même à 27 qu’a 10 !

Le budget de la PAC prévu par la Présidence Chypriote est le même que lorsque que l’on était à 10 alors que l’on est aujourd’hui à 27 ! Le budget alloué à la politique agricole se voit donc amputé de 29 milliards d’Euros . C’est inacceptable s’insurge Philippe Baudet.

L ‘agriculture est l’un des deux secteurs qui pèsent le plus dans la balance commerciale. Un agriculteur est vecteur d’emploi direct ou indirect pour 9 personnes.

Ce lynchage budgétaire serait un coup de massue de plus pour les exploitants français, mais surtout pour le pays car le ministre de l’agriculture, Stéphane le Foll, l’estime à 900 millions d’euros de perte pour la France par an.

Les élections Chambre : à la recherche d’agriculteurs motivés

Pour peser de tout notre poids lors de négociations comme le budget de la PAC, la reconduction de la TIC, l’exonération de charges patronales pour les employeurs agricoles…  Une mobilisation globale et générale est indispensable,  constatent Thierry Huet et Sébastien Loriette.

Actuellement, un groupe travaille sur des dossiers de fond tel que l’élevage laitier, la disponibilité des co-produits…Les dossiers sont nombreux, et variés, on a besoin de personnes prêtes à s’impliquer et à prendre des responsabilités afin de faire avancer ces dossiers.

L’agriculture mérite que l’on prenne du temps à réfléchir pour elle, notre avenir est entre nos mains.

L . DENIS

Conséquences des inondations de printemps

Drôle de récolte

Toutes les émissions dans la médiathèque