Syndicat cantonal de Chaumont Porcien

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

une assemblée attentives à l'intervention sur les GDA.

Publié le 19 novembre

 

Eleveurs, céréaliers et industriels de l’agroalimentaire, une collaboration indispensable

M. Philippe Samyn, Président du syndicat cantonal de Chaumont Porcien a débuté son Assemblée Générale en appelant de ses vœux un partenariat gagnant-gagnant entre les éleveurs, les céréaliers et les industriels.

La profession, par l’intermédiaire du Syndicat, a déjà amorcé depuis plusieurs années des actions en faveur de ce rapprochement. L’opération paille-fumier en est un bon exemple, avec la mise en relation entre éleveurs et céréaliers désireux de faire des échanges paille fumier.

Pour Philippe Baudet  «  il faut réfléchir à cette solution pour que cet échange soit plus rentable pour certains éleveurs, qui regrettent les coûts de transport, et  réfléchir au compostage afin de diminuer les charges. »

« On a la chance d’avoir des industries agroalimentaires en Champagne Ardenne, argue Sébastien Loriette, on doit travailler dans une unité professionnelle ».

Les adhérents du canton sont, quant à eux, sceptiques sur la disponibilité des drèches et autres co-produits soit-disant disponibles pour les éleveurs de la région. « Cela fait des années qu’on en parle, mais rien ne se fait », « Les industriels trouvent peut être plus rentable de faire partir des trains de drèche en Hollande, plutôt que d’affréter des camions pour les éleveurs de leur département » regrettent les exploitants présents . Sébastien Loriette affirme que la Profession, par le biais du Syndicat, travaille sur une possible rencontre entre éleveurs et industriels locaux afin de trouver un terrain d’entente, et d’en finir avec ces aberrations.

Un adhérent précise que, par exemple, la pulpe de betterave, dont les qualités sont reconnues par tous, reste la propriété des planteurs est, en fait, un aliment difficilement disponible par les éleveurs non planteurs, notamment sous sa forme surpressée.

Le GDA, une solution d’avenir

 Philippe Samyn était également désireux de faire connaître aux éleveurs de son canton, les possibilités qu’offrent les GDA, en terme d’organisation de travail et de réflexion de groupe.

Claude Gérard, Directeur de l’EDE, ainsi que Benoit Logeart, responsable de la  FD GDA des Ardennes ont expliqué aux exploitants présents le principe des GDA.  L’opportunité de se regrouper entre agriculteurs ayant un même projet, les différentes possibilités de formation, ainsi que des pistes de réflexion sur l’organisation du travail sont des points forts de ces groupements. Des conseils individuels par des visites régulières en ferme sont également très appréciés par les adhérents de ses structures.

On note malheureusement de moins en moins d’exploitations sur le territoire Ardennais. S’organiser et travailler en commun reste une solution pour faire de l’agriculture ardennaise un secteur qui reste attractif car source d’emploi.

L. DENIS

Conséquences des inondations de printemps

Drôle de récolte

Toutes les émissions dans la médiathèque