Section des fermiers : qui sommes-nous ?

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

M. Benoit Gatinois

Publié le 2 août 2012

Questions à M. BENOIT GATINOIS, Président de la section départementale des fermiers

Présentez-nous votre section : à quoi sert-elle et quels sont ses objectifs ?

La section départementale des fermiers et métayers des Ardennes est une des sections sociales de la FDSEA des Ardennes. Elle a pour rôle de représenter et de défendre les intérêts des preneurs à bail dans le département. Nous comptons plus d’une vingtaine de membres. J’en suis le président depuis 2007.

L’objectif de la section est de défendre au mieux les intérêts des fermiers et métayers et de préserver le contenu du statut du fermage et du métayage. Il faut rappeler aujourd’hui que près de 70% des terres cultivées en France le sont en faire-valoir indirect, c’est-à-dire qu’une autre personne que le propriétaire exploite les terres. Une remise en cause du statut serait la porte ouverte à une spéculation foncière sans précédent et entraînerait une probable disparition du modèle agricole français tel que nous le connaissons. L’évolution du statut doit se faire de façon mesurée et contrôlée, en accord avec les bailleurs.

 

Quelles relations entretient votre section avec la FDSEA et la FNSEA ?

La section départementale des fermiers et des métayers a le même âge ou presque que la fédération, nos histoires sont liées. Lorsque la section nationale des fermiers et métayers, dont je suis également membre, prend une décision, j’essaye de faire en sorte qu’elle soit avalisée par la FNSEA, de façon à ne pas entamer de façon dispersée les discussions avec les représentants ministériels. Mais nos positions ne sont pas toujours suivies, alors qu’une écoute est vraiment nécessaire pour peser dans le débat. La section des fermiers et des métayers est un interlocuteur incontournable dans le cadre de la défense du modèle agricole français.

 

Quelles sont vos représentations au niveau local ?

La section est représentée au niveau local à la Commission consultative des baux ruraux, mais également à la Commission départementale d’orientation de l’agriculture, qui un rôle consultatif sur le projet de schéma directeur départemental des structures et sur les demandes d’autorisation d’exploiter.

Elle est également représentée dans toutes les commissions qui traitent de l’aménagement foncier, ainsi qu’à la chambre d’agriculture.

 

De quelles façons pouvez-vous défendre les intérêts des fermiers que vous représentez ?

L’apparition du statut d’ordre public du fermage et du métayage en 1946 a contribué à développer et faire ce qu’est aujourd’hui l’agriculture française. Il a permis l’investissement et la modernisation. Avec l’encadrement des loyers, la spéculation foncière a été évitée. La disparition du statut signifierait une hausse des prix en matière foncière. Or aujourd’hui, si 70% des terres sont cultivées par des personnes autres que leurs propriétaires, seuls 20% des preneurs à bail seraient dans la possibilité d’acquérir les terres qu’ils exploitent. Le résultat en serait un renforcement de la concentration et une disparition progressive des exploitations familiales. L’équilibre acquis grâce au statut entre bailleurs et preneurs doit être préservé. C’est pour cela qui la section prend une part active au débat et tente de défendre au mieux ce statut et ses bénéficiaires, de façon à le faire évoluer dans le meilleur sens possible.

l'élevage Porcin: parlons-en !!

Nos batiments d'élevage

Toutes les émissions dans la médiathèque