Section départementale des propriétaires ruraux: qui sommes-nous ?

Retour Partager sur facebook Partager sur tweeter Imprimer l'article
Envoyer l'article par e-mail

Envoyer cet article par mail

Fermer

250 signes(s) restant(s)

 

* champs obligatoires

Publié le 2 août 2012

Questions à M. Luc Ratheville, Président de la section départementale des propriétaires ruraux.

 

Présentez-vous votre section : à quoi sert-elle et quels sont ses objectifs ?

La section des propriétaires ruraux rassemble et représente les bailleurs du département. Dans un contexte où beaucoup de propriétaires ne veulent plus forcément louer leurs terres, la section permet de dialoguer et de proposer des compromis entre bailleurs et preneurs. Le côté humain est très important dans ce type de relation.

J’assure la présidence de la section depuis 2003. J’ai siégé pendant de nombreuses années comme assesseur au tribunal paritaire des baux ruraux, ce qui m’a permis d’acquérir une expérience juridique très utile pour animer cette section et favoriser les contacts entre propriétaires et fermiers. Une meilleure information juridique auprès des bailleurs est un élément important, c’est également un des objectifs de la section.

J’anime cette section en organisant au moins deux conseils par an, en général au printemps et à l’automne. Lorsque l’actualité le nécessite, nous adaptons notre fonctionnement. Dans tous les cas, le travail de groupe est indispensable, il évite de négliger des choses importantes.

 

Quelles relations entretient votre section avec la FDSEA et la FNSEA ?

Les relations entre la section et la FNSEA passent par la représentation au bureau départemental. De plus, tous les ans, le bureau reçoit un invité représentatif au niveau national, en général un élu FNSEA, mais il peut s’agir d’un représentant d’un autre organisme. Ces réunions sont l’occasion de relayer l’information et les questions, mais aussi, plus globalement, de faire en sorte que n’apparaissent pas une cassure entre professionnels du monde agricole.

 

Quelles sont vos représentations au niveau local ?

Tout d’abord, et bien sur, je représente la section au bureau départementale de la FDSEA. La section est ensuite représentée à la Commission départementale d’orientation de l’agriculture, où je siège au titre de personnalité qualifiée. En préparation des réunions de la CDOA, la section siège également au comité technique SAFER de la fédération.

Enfin, la section est représentée au niveau national lors des congrès annuels rassemblant tous les présidents de sections de propriétaires, ce qui permet de faire connaître les problématiques propres aux bailleurs ardennais et d’échanger avec les autres présidents.

Sur un autre plan, la section entretient d’excellents rapports avec son homologue de la Marne.

A titre personnel, je suis également élu à la Chambre d’agriculture des Ardennes.

 

De quelles façons pouvez-vous défendre les intérêts des bailleurs que vous représentez ?

Le maître mot de notre action est d’être ferme sur les impératifs liés à la défense de nos intérêts, tout en étant ouvert à la discussion, dans le plus grand respect des positions de chacun.

La modernisation du statut nous semble nécessaire, sinon les propriétaires deviendront de plus en plus réticents à louer. Or, il est impératif que les jeunes agriculteurs puissent trouver du foncier à louer pour installer leurs exploitations.

Je regrette la modification de la relation entre propriétaires et fermiers au fil du temps, certains problèmes ne se règlent plus aussi facilement qu’avant. Il nous appartient aujourd’hui de dialoguer et de proposer des solutions, sans perdre de vues nos positions. Dans tous les cas, et j’insiste, le respect est primordial.

Conséquences des inondations de printemps

Drôle de récolte

Toutes les émissions dans la médiathèque